Tribunes

Tribune - Septembre 2018

Un pas en avant, deux pas en arrière !
Retour à la case départ pour les rythmes scolaires à la rentrée pour les écoles primaires. Dont acte ! puisque les écoles, au travers des consultations de parents  et des conseils d’écoles se sont prononcées majoritairement pour le retour de la semaine de  4 jours. C’est dans ce sens que le Conseil  Municipal a entériné, à l’unanimité,  cette décision.
Nous ne le cachons pas, nous avons  défendu cette réforme des rythmes scolaires,  pas pour des raisons politiciennes mais pour des raisons pédagogiques. La chronobiologie  a prouvé que les meilleures heures pour les apprentissages sont le matin et supprimer 36 demi journées de classe (soit plus de cent heures), c’est énorme !  surtout pour ceux qui en ont le plus besoin. C’est certes vrai que 5 jours de suite, c’est fatigant pour les enfants, comme pour les enseignants et la grande erreur aura été de supprimer le samedi matin qui présentait plus d’avantages que le mercredi (en 2008 : Ministère Darcos). De ce fait, la journée de classe redevient une des plus longues en Europe.
Mais nous voudrions surtout insister sur un point. Cette réforme avait  permis , notamment sur Compiègne, de réfléchir et d’améliorer dans les écoles maternelles et élémentaires l’accompagnement éducatif péri scolaire  en introduisant des activités culturelles, sportives, citoyennes et ce,  essentiellement avec l’aide de l’Etat. Les associations avaient été sollicitées et une bonne trentaine proposait ainsi, de la maternelle au CM2, des activités fort appréciées. Il suffirait avec un léger décalage (heure du péri scolaire débutant à 16h30 au lieu de 15h45) de continuer. Mais sans compter sur la manne de l’Etat qui finançait à l’époque environ 174 000 € par an.
Alors, la Municipalité a décidé de ne financer les TAP (Temps d’Activités Périscolaires) qu’en maternelle : coût estimé 14600€ ! c’est le moins qu’on pouvait faire pour que ces temps éducatifs ne redeviennent pas de simples garderies comme auparavant !  Suppression par contre de ces TAP avec des intervenants extérieurs, professionnels de la culture, du sport ou du bien être (plus d’une vingtaine d’associations concernées) en élémentaire. Il est dommage de ne pas généraliser ce dispositif éducatif qui apportait un plus dans toutes les écoles publiques. Retour maintenant à un traitement inégalitaire  selon que l’école se situe en Centre ville (CSC - Coopérative scolaire du Compiégnois) ou dans les quartiers ( accompagnement éducatif REP et centres municipaux).
Nous ne nions pas les problèmes budgétaires mais tout est question de choix et de priorité !

 
Richard VALENTE, Solange DUMAY, Dilvin YUKSEL
- Conseillers municipaux PS Social-Ecologie

Tribune - Juillet 2018

Flânerie et tourisme à Compiègne
 

L’été invite aux balades et aux découvertes !
Et pourquoi pas à vélo ?
A en croire les réactions épidermiques de l’équipe de Philippe Marini lorsqu’on évoque les pistes cyclables, il semble que pour certains, ce sujet soit tabou … Et pourtant, de très nombreuses villes ont depuis fort longtemps apporté des solutions de déplacements plus modernes et écologiques.
 
Il y a tant de choses à découvrir dans notre cité !! Le palais,  le Mémorial de l’Internement et de la Déportation, la clairière de l’Armistice, les musées, le patrimoine architectural… sans oublier les 14000 hectares de forêt sont exceptionnels et nous marquent inévitablement.
 
L’attractivité d’une ville passe naturellement par sa capacité à susciter l’envie de flânerie.
Compiègne a des atouts évidents que nous pouvons fortement valoriser.
Les aménagements des berges de l’Oise sont vieillissants.  Il est grand temps d’apporter une nouvelle jeunesse à ces espaces que les compiégnois aiment beaucoup.  Cette valorisation est d’autant plus justifiée par les escales régulières des amateurs de croisières fluviales.
 
Compiègne doit aussi pouvoir attirer les touristes par le biais d’une politique touristique s’appuyant de manière très importante sur notre environnement et notre patrimoine exceptionnels.
 
La piétonisation de certaines rues de centre-ville, tout comme la possibilité de se garer facilement et à moindre coût doivent être des défits faciles à relever avec un peu de bonne volonté et moins  de conservatisme !
 
De nombreux vacanciers s’étonnent toujours de ne pas trouver à Compiègne, un camping en bordure de forêt (tout le monde se souvient de feu le camping en bordure de l’hippodrome) ou au bord de l’Oise. Tous les projets sont tombés à l’eau !
 
Notre ville ne doit pas se recroqueviller sur elle-même et le développement du tourisme, méme si des bonnes volontés s’y sont attelées   doit s’intensifier.

Richard VALENTE, Solange DUMAY, Dilvin YUKSEL - Conseillers municipaux PS Social-Ecologie

Tribune - Juin 2018

Rien ne sert de courir …
 
Vous pensiez certainement qu’un mandat municipal devait servir, presque 7 jours sur 7 et 6 années durant, les intérêts des compiégnois et de l’agglomération. Pourtant, c’est en parcourant les journaux et les réseaux sociaux que l’on se rend très vite compte que certaines personnalités ont déjà l’œil rivé sur 2020, l’année des élections municipales !
 
Ici, un club de réflexion présidé par la fille du Maire. Là, une association rivale ou alliée de l’autre, cherchant à trouver les nouveaux contours d’une politique municipale en mal d’usure …
Soyons lucides !  les coquilles vides n’ont pas vocation à impulser de nouvelles politiques !
 
Deux années encore avant la prochaine échéance et nous avons à cœur de poursuivre sereinement notre mandat en étant une force de proposition constructive. Le vrai travail c’est dans les commissions municipales pluralistes (puisque les oppositions y sont présentes) qu’il s’effectue. Rester en contact avec la population - nous avons toujours défendu la notion de commissions extra municipales - et relayer ses attentes, certes,  pour construire l’avenir mais pas dans des petits cercles d’amis qui pensent  tous la même chose et défendent les mêmes intérêts.
 
Nous ne nous fixons pas d’objectifs politiciens mais des objectifs utiles pour la ville et ses habitants.
Compiègne doit se pencher sur les impératifs liés au bien-vivre au quotidien dans l’ensemble de nos quartiers. Compiègne doit aussi ne pas oublier les projets à long terme et redonner aux habitants de nouveaux horizons plus en phase avec le monde d’aujourd’hui et loin des pensées traditionalistes et conservatrices.
Au contact des habitants et sur notre forum interactif http://www.Compiegne-Gagnante.net, nous rendons compte régulièrement des idées que nous défendons et des projets que nous portons.
La citoyenneté ne commence pas aujourd’hui. La citoyenneté se construit chaque jour avec vous toutes et tous.

Richard VALENTE, Solange DUMAY, Dilvin YUKSEL - Conseillers municipaux PS Social-Ecologie

Tribune -  Mai 2018

Et l’on reparle des pistes cyclables !

Depuis plus de vingt ans, les différents élus de gauche au conseil municipal de Compiègne proposent la mise en place d’un véritable réseau de pistes cyclables à l’intérieur de la ville vers les lieux de travail, vers les équipements publics, les commerces, vers la gare … Le but : moins de pollution, moins de CO2, moins de bruit, plus de convivialité… en résumé, la qualité de vie urbaine pour toutes et tous...Philippe Marini, à deux ans des élections municipales, propose la réalisation de nouvelles pistes cyclables ; vite il y a le feu !!!!

Un bilan s’impose : Aujourd’hui, les pistes cyclables sur le territoire compiégnois sont en majorité forestières et d’accompagnement de l’Oise (développement touristique et récréatif) auxquelles on peut rajouter quelques « bouts de pistes cyclables » en ville sans début ni fin, non conformes, (voir recommandations disponibles en ligne) inondées en temps de pluie comme dans la rue Eugénie Louis, impraticables pour certaines  et réalisées au gré des opportunités électorales (souvenons-nous des refuges vélos peints au sol aux feux tricolores et disparus faute d’entretien).

Les déplacements dans la ville ne se conçoivent plus comme hier, où « au tout voiture » on doit proposer d’autres solutions. Favoriser  les modes doux de déplacements en ville (piétons et cyclistes) représente un enjeu majeur de qualité de vie en milieu urbain. La question pour Compiègne c’est d’avoir un projet d’ensemble pour mettre en réseau les différentes pistes cyclables et les connecter aux autres modes de transport. La gare notamment  devrait être un pôle majeur mais essayez de traverser en vélo le pont Louis XV (Solférino), vous risquez votre vie !

Il est urgent de proposer aux compiégnois un projet global suivi d’un calendrier précis de réalisations et non pas de fumeuses promesses électorales dont on connait le destin…. Nous proposons de créer un schéma de voies piétonnes et cyclables dans la ville et son agglomération en associant la population dans le cadre d’un débat public avec ateliers ouverts  à tous les intéressés : usagers, scolaires, universités, associations, entreprises …

Richard VALENTE, Solange DUMAY, Dilvin YUKSEL - Conseillers municipaux PS Social-Ecologie

Résultats Elections PS du 29 mars 2018

Cher(e)s Militant(e)s, 
Cher(e)s Citoyen(e)s,

A la suite des élections internes au Parti Socialiste ce 29 mars, j'ai eu le plaisir d'être reconduit comme Secrétaire de Section pour la section locale de Compiègne-Margny-Venette.
Je voulais de façon simple et sincère vous remercier toutes et tous pour votre confiance renouvelée.
Nous poursuivrons ensemble avec motivation les beaux projets qui nous attendent.
Notre Trésorier local désigné est Christophe Capdevielle, et il saura être d'un appui utile et précieux dans la gestion quotidienne de la section.
Comme vous le savez également, notre fédération a vu élire son nouveau Secrétaire fédéral, Alexandre Ouizille. 
Nous pouvons être confiants pour que la nouvelle étape du Parti Socialiste soit constructive et positive aussi bien dans notre pays, que dans l'Oise.

Félicitations à tous ceux qui ont été choisis ce 29 mars pour faire vivre nos belles idées.

Tous les militants auront un rôle crucial pour défendre avec vivacité la gauche que nous aimons !!

Alors ... à très bientôt !

Richard VALENTE
06 29 75 78 68

Tribune - Mars-Avril 2018

Un budget compiégnois 2018 bien triste
 
La ville a débattu ce vendredi 16 février sur les orientations budgétaires 2018 de Compiègne. C’est un projet bien triste qui sera proposé aux habitants avec moins d’investissement (en incluant y compris des reports de projets) et plus d’impôts !
La hausse des impôts régulière à Compiègne n’était pourtant pas au programme du candidat Marini en 2014 !!
 
Certains choix  - quant à eux - laissent perplexes. Ainsi, on observera que tandis que 350 000 euros seront consacrés à la vidéosurveillance, seulement 200 000 euros seront prévus pour le quartier de Vivier Corax et 200 000 euros pour le quartier de l’Écharde.  
L'amélioration du cadre de vie de nos quartiers est indispensable. Il est d’ailleurs nécessaire de ne pas oublier non plus le quartier de la Victoire à l’avenir.
 
De nouveaux projets viennent indiquer que Philippe Marini et son équipe reconnaissent enfin que les  pistes cyclables à Compiègne  ont été réalisées en dépit du bon sens. Nous espérons que ces projets en cours seront bénéfiques car il est grand temps de réaliser des pistes cyclables moins morcelées et plus sécurisantes.
 
S’agissant de l’endettement de notre ville, nous devons apprécier les efforts entrepris, même si force est de constater que nous revenons de très loin. La Cour régionale des comptes avait été très critique sur ce point aux cours des années précédentes.
 
Cette nouvelle probité serait encore plus positive si l’on n’observait pas les nouvelles recettes dues aux récentes politiques de stationnement à Compiègne et sur le plan national ... Les contribuables regretteront sans doute cette évolution avec logique.

Pour conclure, il est évident que les politiques nationales ont aussi des impacts très concrets sur les choix budgétaires locaux ... La baisse drastique des contrats aidés a des répercussions inquiétantes dans le budget compiégnois 2018.
 
Richard VALENTE, Solange DUMAY, Dilvin YUKSEL
- Conseillers municipaux PS Social-Ecologie

Tribune - Février-Mars 2018

Passage de témoins
 

Frédéric PYSSON, 3ème sur notre liste en 2014, vit maintenant dans les Yvelines et a pris de nouvelles responsabilités professionnelles.
Lors du dernier conseil municipal, le 16 décembre, nous avons tenu à lui rendre hommage. Depuis 2008, en tant qu’élu Europe Ecologie - Les Verts, il s’impliquait plus particulièrement dans les dossiers  «développement durable » et chacun reconnaissait son expertise et appréciait ses interventions justes et modérées. Mais il savait aussi porter le fer sur les questions sociales et financières. Il était aussi très précieux dans ces domaines. Avec ténacité et humour, il ne perdait pas une occasion pour réaffirmer ses convictions sur les dossiers qui lui tenaient à cœur comme la qualité de l’eau, le chauffage urbain et …. le stationnement urbain !
Partageant avec lui les mêmes valeurs et les mêmes combats depuis 10 ans, nous garderons le souvenir d’un conseiller municipal sympathique, courtois et loyal. Nous regrettons son départ.

En ce début d’année 2018, Dilvin YUKSEL lui succèdera et travaillera à nos côtés. Cette jeune mère de famille âgée de 40 ans est architecte de formation et travaille en tant qu’urbaniste comme chef de projets dans une ville de l’Oise.
Notre nouvelle élue mettra sans aucun doute ses compétences au service des commissions « économie et urbanisme » et « environnement et développement durable » dans lesquelles siégeait Fréderic.
Dilvin s’est aussi fait connaître dans le canton nord de Compiègne en se présentant sous les couleurs socialistes lors des dernières élections  départementales. Nous lui faisons confiance pour siéger à nos côtés et représenter les Compiégnois qui nous ont élus. Volontaire et pugnace, elle saura s’inscrire dans une opposition constructive et apporter sa pierre à l’édifice. La relève est assurée !
Et nous ne manquerons pas ensemble de défendre les grands sujets qu’il est tellement utile d’aborder avec humanisme pour une ville solidaire et dynamique.
   
Richard VALENTE, Solange DUMAY - Conseillers municipaux PS - Social Ecologie

Tribune - Janvier 2018

Pour une belle ville en 2018 !
 
Durant la période hivernale, certaines actualités locales marquent plus que d’autres …
En apprenant qu’un agent chargé de rendre la ville plus propre a reçu pour seuls remerciements des coups portés, on s’émeut et on s’interroge …
 
Quelle ville laisse-t-on aux générations futures lorsque sa beauté, sa sécurité - nous pensons également aux pompiers récemment caillassés dans l’exercice de leur fonction -  ne  sont plus considérés comme essentielles ?
Il est des métiers qui méritent beaucoup de respect parce qu’ils contribuent quotidiennement à notre bien-vivre.
 
Il ne s’agit pas simplement de pousser des cris d’orfraie comme certains auraient un peu trop tendance à faire … Il s’agit de proposer une politique municipale synonyme d’efficacité en matière de tranquillité des citoyens.
 
Il y a encore tant à faire pour que notre cité favorise des réflexes citoyens utiles !!
Il manque incontestablement à notre ville cet équilibre essentiel entre l’action de terrain encouragée en matière de sécurité et l’action permanente et efficace facilitant les liens sociaux dans nos quartiers.
 
Vous savez que nous avons grandement insisté au fil des mois pour qu’aucun de nos quartiers ne soit oublié.
 
Nous nous réjouissons que le square Vivier-Corax soit bientôt et enfin réhabilité.
Les nécessaires travaux de rénovation de l’habitat vétuste mais aussi le désenclavement de ce quartier n’ont que trop tardé.
Il est grand temps que ce quartier retrouve la joie du vivre ensemble  par des aménagements bien pensés.
 
Oui ! Gageons qu’en 2018, Compiègne soit belle, rayonnante et solidaire !!
Nous vous souhaitons à toutes et tous une nouvelle année pleine de satisfactions dans tous les domaines, et pensons bien-sûr inévitablement aux plus fragiles d’entre nous.
   
Richard VALENTE, Solange DUMAY, Frédéric PYSSON - Conseillers municipaux socialistes et écologistes

Tribune - Novembre - Décembre 2017

La fin des politiques locales de l’emploi des jeunes ?
 
L’emploi est bien plus qu’une préoccupation locale, c’est une attente de chaque citoyen.
Alors que tout le monde s’accorde à reconnaître que des politiques de l’emploi efficaces sont essentielles, nous sommes parfois bien surpris par la réalité.
 
A l’échelle locale, la ville et l’ARC peuvent - elles aussi - contribuer à des dynamiques économiques et pilotent même certaines structures pour favoriser l’insertion.
Nous évoquons aujourd’hui les missions locales, car ces associations essentielles pour l’emploi, la formation et la vie quotidienne des jeunes, font partie du service public de l’emploi, mais vont connaître très prochainement des baisses drastiques et insupportables de subventions régionales.
 
Ce choix régional récemment annoncé de passer d’un taux d’intervention de 35% pour certaines structures à 8 % à l’horizon 2020, nous inquiète au plus haut point.
En effet, comment imaginer que les acteurs essentiels contribuant à l’emploi des jeunes soient contraints à offrir moins de services alors que les attentes des publics sont si importantes !
 
Dans de tels cas de figure hélas, on connaît bien la chanson : « Harmonisons les pratiques, mutualisons tout ce qui est possible, économisons toujours plus … »
Cette chanson serait audible si la performance de ces structures n’était pas au rendez-vous, et surtout si de telles économies ne conduisaient pas tout simplement à des suppressions de services ou de postes …
En 2016, les missions locales des Hauts de France ont permis l’accès à l’emploi de 47 000 jeunes, et l’accès à la formation de 25 000 jeunes !
 
Le groupe « Compiègne gagnante » invite l’ensemble des financeurs des politiques publiques de l’emploi à considérer que l’emploi local mérite une mobilisation complète de moyens. Il est donc absolument nécessaire de ne pas fragiliser ces structures mais au contraire de les consolider.

   
Richard VALENTE, Solange DUMAY, Frédéric PYSSON - Conseillers municipaux socialistes et écologistes

Tribune - Septembre 2017

Un bilan de mi-mandat, Monsieur le Maire ?
 
La rentrée est l’occasion de créer de nouvelles dynamiques. L’exemplarité des associations compiégnoises, et des milliers de bénévoles de notre ville sont remarquables. A mi-mandat, l’équipe de Philippe Marini aurait bien tort de ne pas s’inspirer de la force citoyenne si vivace que représentent ces habitants aux implications multiples.
 
Il ne vous échappera  pas que notre regard sur la période qui précède est à la fois critique mais aussi à chaque fois constructif tant les enjeux municipaux concernent le quotidien des habitants.
 
Les mauvaises stratégies et les difficultés financières de la ville ont obligé l’équipe en place à revoir sa copie lorsqu’il s’agit de faire face à l’endettement trop important de notre cité impériale.
Aussi, les conséquences des choix de plus de 30 années de gestion suscitent bien des regrets …
Les investissements sont aujourd’hui moindres mais les impôts augmentent, et les subventions aux associations baissent.
Philippe Marini et son équipe ont oublié de trop longues années nos quartiers, et certaines détresses sont terribles tant les solutions en matière de sécurité et prévention n’ont pas été à la hauteur.
Il manque à notre cité le développement crucial d’actions mettant l’humain au cœur de nos préoccupations.
Il manque à notre cité la nécessaire ambition d’une démocratie vivante. Et pourtant … Il y aurait tant à gagner en écoutant de manière systématique nos concitoyens.
Notre développement local pourrait très bien s’accroître encore par le biais d’initiatives audacieuses sur les champs de l’économie sociale et solidaire, du tourisme, mais aussi sur des thématiques essentielles comme le respect de notre environnement naturel.
Tout comme les habitants de Compiègne, nos entreprises et nos commerces sont aussi très demandeuses d’une dynamique locale très attractive.
 
Gageons que la rentrée soit donc l’occasion d’éveiller certaines consciences, et de stopper des conservatismes d’un autre temps.
Bonne rentrée à toutes et tous !
   
Richard VALENTE, Solange DUMAY, Frédéric PYSSON - Conseillers municipaux socialistes et écologistes