Tribunes 2011/2012

La rentrée des Français

Lundi 27 août 2012

C'est la rentrée ! Les Français doivent faire face à une situation économique et sociale qui les incite à la prudence la plus absolue devant les perspectives du changement.
Le Gouvernement s'atèle avec beaucoup de combativité aux défis qui lui sont présentés. Blocage du prix de l'essence, hausse de l'allocation de rentrée scolaire, lancement du contrat d'avenir et du contrat de génération ... les projets ne manquent pas, et se déclinent avec sérieux pour répondre aux préoccupations de toutes et tous.
En cette période difficile, le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault a raison d'en appeler à la mobilisation de tous les Français.
Le Pays a besoin de toutes les énergies utiles pour  ne pas laisser la crise nous fragiliser toujours plus.

Richard VALENTE, 
Secrétaire de section
06.29.75.78.68

L'été de tous les changements

Mardi 31 juillet 2012

C'est l'été, et le Gouvernement en 3 mois de temps a déjà bien travaillé pour démontrer sa volonté de tenir ses engagements :

Mesures d'urgence pour l'éducation, suppression de la TVA Sarkozy, augmentation du SMIC de 2 %, moralisation et encadrement des rémunérations des dirigeants d'entreprises publiques, encadrement des loyers à la relocation, retraite à 60 ans à taux plein pour ceux qui ont leurs annuités, augmentation de l'allocation de rentrée scolaire de 25 %, confirmation du retrait des troupes combattantes françaises d'Afghanistan d'ici la fin 2012, parité du gouvernement hommes-femmes ...

C'est l'été et les Français regardent avec plaisir les victoires de nos sportifs aux JO de Londres.

Cet air estival est aussi l'occasion pour certains de souffler un peu, de réfléchir, prendre quelques nouvelles décisions.

Le saviez-vous ? Chaque été, le PS profite du l'air estival pour contribuer aux réflexions des grands enjeux de société de notre pays.

Retrouvez toutes ces contributions sur le site du parti socialiste http://www.parti-socialiste.fr.

A très bientôt !

Richard VALENTE, 
Secrétaire de section
06.29.75.78.68

François Hollande, Président

Dimanche 6 mai 2012

Chers Amis, 
Chers Camarades, 
Chers Citoyens, 

Grâce à vous, ce 6 mai 2012 vient d'être élu François Hollande, Président de la République.
Cette date marque un tournant dans la vie politique française. Elle marque aussi surtout une nouvelle étape historique pour les Français et le pays.
C'est enfin l'occasion d'un changement : la mise en place de mesures très concrètes qui permettent aux Citoyens d'être assurés que la justice et l'égalité seront des principes défendus à chaque instant.
L'emploi, l'éducation, l'environnement, la respiration démocratique, le respect d'une société apaisée seront particulièrement  au coeur de cette nouvelle voie proposée.
A Compiègne, une dynamique s'est également créée, et vous êtes nombreux à vouloir renforcer cette ère du changement pour les années qui viennent.
C'est grâce à des citoyens, des militants, des élus nombreux que cette voie est aujourd'hui possible.
Continuons ensemble ce changement !!

Fidèlement, 

Richard VALENTE, 
Secrétaire de section
06.29.75.78.68

Tribune - Janvier 2012

Michel LEMAIRE est décédé le samedi 12 novembre 2011 à Compiègne à l'âge de 97 ans
Ceux qui le connaissaient garderont le souvenir d'un homme actif, généreux qui aura été toute sa vie à l'écoute et au service des autres plus particulièrement dans son métier d'enseignant et dans sa vie politique. Qui sait, et c'est pour cela qu'il nous semblait important de lui rendre hommage, que Michel Lemaire a été Maire-adjoint de Compiègne auprès d'Henri Adnot de 1954 à 1959 ? Bien sûr, c'est plus en tant que Conseiller Général de Compiègne Sud devenu Compiègne Sud-Ouest, de 1973 à 1994 et en tant que directeur d'école (il terminera sa carrière d'enseignant à l'école Robida en 1973) que les compiégnois se souviennent de lui. Il aura marqué des générations d'élèves et partagé avec beaucoup d'enseignants et de parents d'élèves les valeurs de l'école publique.
Il ne faudrait pas oublier d'évoquer ses activités post et péri-scolaires. Le CLEP (Cercle Laïque d'Education Populaire) lui doit par exemple avec quelques-uns de ses amis ses lettres de noblesse.
Un journal titrait, en 1987, lorsqu'il reçut les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur : “Michel Lemaire, un maître qui fait école…”. Il fut aussi notre maître en politique.
Les socialistes qui se sont succédé sur les listes municipales ont toujours pu compter sur son soutien indéfectible et ses conseils avisés. C'était pour nous, un élu exemplaire, dévoué, soucieux d'aider les gens et qui a toujours défendu, sans sectarisme, avec force et vigueur, les couleurs du Parti Socialiste. Il avait une façon de faire de la politique qui n'appartient qu'à ceux qui ont le goût des autres.
Il y a, dans la vie, des êtres que l'on rencontre qui vous marquent et que l'on est heureux d'avoir connu. “Si un jour, le vent d'hiver emporte tes grands arbres, n'aie pas trop de peine, leur musique est en toi”.

Les élus socialistes Solange Dumay, Olivier Koval, Anne Serret, Michel Fumagalli, Théodora Goma-Ballou

En ce début d'année 2012, nous avons encore en mémoire les difficultés auxquelles ont dû faire face les Compiégnois, comme tous les Français durant les mois précédents. Emploi, éducation, santé, sécurité, pouvoir d'achat, logement… la liste des préoccupations est interminable.

Quels voeux formuler pour l'année 2012 ?

La France, la Picardie, l'Oise et bien sûr notre ville Compiègne ont des atouts qu'il convient de conforter et de développer. C'est ce à quoi s'emploient les élus de gauche partout où ils sont en responsabilité.
L'année 2012 est une année décisive pour le changement, l'espoir de reconstruction d'une République plus respectueuse de chaque citoyen.
Nous formulons le voeu que cette année soit meilleure pour chacun, qu'elle soit une année de bonnes nouvelles et que le prochain printemps nous permette de “réenchanter le rêve français”.
Rêver et veiller (ou rêver éveillé !) ; il nous appartient, en effet, de veiller tous ensemble à ce que notre Société reste une société dont nous soyons fiers, une société où l'on ne remette pas en cause le droit au travail et à une retraite, les acquis de la protection sociale, le principe de l'égalité des chances et non une société à deux vitesses en matière de santé, d'éducation, d'emploi… une société qui concilie économie et écologie.
Que l'année 2012 soit pleine d'espoir, de bonheur et de santé pour chacun de vous et qu'elle soit pour tous une année de solidarité et de fraternité.

Les élus de gauche Frédéric Pysson, Solange Dumay, Olivier Koval, Anne Serret, Michel Fumagalli, Théodora Goma-Ballou, Jean-Marc Iskin

Tribune - Décembre 2011

C'est passé près de chez vous
Le 12 octobre, un convoi de trois conteneurs transportant du combustible nucléaire usé en provenance des Pays-Bas et en direction de La Hague est passé en gare de Compiègne. Embarqué, l'équivalent de la radioactivité échappée de Tchernobyl.

Le salaire de la peur
Ces conteneurs émettent des rayonnements à leur passage nocifs pour les populations.
La dose annuelle admissible est atteinte en seulement 30 minutes de proximité
pour les personnels, de sorte que des syndicats invoquent un droit de retrait des
agents exposés.
Ce passage n'a pourtant rien d'exceptionnel (une douzaine par an) et plus généralement ce sont de 120 000 “colis” de matières fissiles qui sillonnent l'hexagone chaque année.
Jusqu'au jour où… Même si Fukushima a un temps ébranlé l'arrogance et les certitudes nationales les plus installées, la doxa officielle a très vite repris son cours : “le choix de l'énergie nucléaire constitue un élément essentiel de l'indépendance énergétique et de la
lutte contre l'effet de serre. Ce choix a été indissociable d'un engagement pour assurer un très haut niveau de sécurité” nous a asséné Nicolas Sarkozy.

“Indépendance, propreté, sécurité” qu'ils disaient
L'indépendance aujourd'hui c'est 100 % de combustible importé ! Les effets sur le réchauffement climatique à nuancer. Plus pauvre en carbone que l'électricité fossile, l'électricité nucléaire ne fait pas mieux que l'éolien ou l'hydraulique.
Surtout, avec un million de m3 de déchets éparpillés sur le territoire, sa “propreté” ne peut pas non plus être jaugée à la seule aune du bilan carbone de la filière. Ce qui nous ramène à l'enjeu central de sa sécurité.
Outre les myriades d'incidents qui émaillent le quotidien du parc français, l'armée d'intérimaires dont il n'existe pas de suivi épidémiologique ou les accidents parfois mortels comme l'explosion du four de Marcoule, les “stress tests” écartent d'emblée les périls terroristes et les cyber-attaques. Quant à Fukushima, François Fillon ironisait de savoir si on avait déjà vu un tsunami en France.
Eh bien justement monsieur le Premier Ministre, puisque vous en parlez…

Fukushima-sur-Garonne
Le 27 décembre 1999, la “tempête” du millénaire a projeté des vagues au dessus des digues de la centrale de Blayais en Gironde. La panique a été telle que le Préfet a préparé l'évacuation de Bordeaux. La situation a été sauvée in extrémis. Avec un coefficient de marée un peu plus élevé c'était la fusion.
Comme l'avoue un haut responsable du secteur, en matière de sécurité nucléaire “Il faut imaginer l'inimaginable”. Tout un programme. Se résigner à un avenir radieux ?
L'Allemagne va consacrer 250 milliards à la sortie du nucléaire et ambitionne 80% d'énergies renouvelables en 2050 avec déjà crée 400 000 emplois créés.
En France, le Président de la République souhaite remplacer le Parc existant par 40 EPR pour la même somme, à laquelle il faudra ajouter le coût du démantèlement des centrales actuelles et le traitement des montagnes de déchets dont on ne sait que faire. Le choix énergétique ne doit pas être confisqué par l'Etat. Un bon sujet pour un référendum non ?
Epilogue
En Belgique, 20 bourgmestres (maires) se sont opposés au passage des convois dans leur commune. A Compiègne, malgré un courrier d'information reçu sur le sujet, la Ville a surtout brillé par son silence.

Frédéric PYSSON, Solange DUMAY, Olivier KOVAL, Anne SERRET, Michel FUMAGALLI,
Théodora GOMA-BALLOU

Les Primaires Citoyennes
Plus d'un millier d'électeurs se reconnaissants dans les valeurs de la Gauche se sont déplacés les 9 et 16 octobre 2011 au gymnase du lycée Charles De Gaulle. François Hollande a obtenu 51 % des suffrages, Martine Aubry 49 % .
Nous remercions tous les électeurs pour cette belle participation qui est pour nous un encouragement.

Tribune - Septembre 2011

Bientôt les inaugurations, la ville de Compiègne va se doter d'un nouveau pont à deux pas du Pont Solferino .
Dans le même temps la déviation de la RN31 Compiègne ( axe Rouen Reims) s'est dotée d'un ouvrage de franchissement de la rivière qui permettra de soulager le trafic de centre ville et d'éviter bruit, insécurité et pollution. Pour nous, c'était une priorité.
La question qui se pose sur ces ouvrages est celle que de façon récurrente nous avons depuis dix ans posée en conseil municipal : Avions nous besoin de ces deux ouvrages et surtout en avons nous les moyens ? Autant la déviation de la RN31 et le viaduc étaient prioritaires, autant il aurait été sage de bien mesurer les effets sur le trafic de centre ville du viaduc pour éventuellement envisager le "Pont Neuf ”. Philippe Marini ne s'y est pas trompé, il inaugure les deux ouvrages en même temps pour éviter cette démonstration …
Si le “ Pont Neuf ” est une alternative à la démolition pour surélévation du pont Solferino due au futur canal Seine Nord, il fallait nous le dire et faire payer cet ouvrage par le Canal Seine Nord et non par les impôts des contribuables locaux (25 M d'E).
Il faut cependant avoir en tête que ces ouvrages auront des conséquences positives en partie pour le viaduc bien qu'il impose rapidement la nouvelle déviation de Trosly Cuise la Motte attendue depuis des lustres, négatives pour le pont Neuf, augmentation du trafic routier de 25 %, évasion vers les zones commerciales périphériques accentuant le déclin du centre ville, trafic d'évitement de l'engorgement de l'axe Mercières Zone Carrefour, engorgement du quartier Université - ancien hôpital, bruit et pollution pour les riverains dont la maison de retraite, ouvrages d'accès au pont défigurant les abords..).
Nos propositions :
Pour être positif et face à ces nouveaux aménagements qui vont modifier les pratiques locales nous suggérons donc :

  • De bien juger des nouvelles pratiques des usagers que vont engendrer ces ouvrages pour finaliser le plan de circulation et les travaux conséquents.
  • De mener une requalification complète des rives de l'Oise de Clairoix à Jaux véritable enjeu économique touristique et paysager.
  • De mener rapidement une étude de requalification du quartier de la gare, espace délaissé depuis des années alors que des milliers d'usagers empruntent cet équipement tous les jours ( gestion du stationnement, projet d'une véritable gare routière d'accès au bus notamment les TIC, requalification paysagère..).
  • De mettre une piste cyclable en réseau sur le pont Solferino ( accès gare et Margny) et de le mettre en zone 20 km à l'heure.
  • Enfin de réunir la commission extra municipale sur le commerce qui ne s'est jamais réunie ! Et de cesser de bricoler dans le secret en ouvrant un débat avec les Compiégnois sur le centre ville, le plan de circulation, la politique commerciale à mener, l'animation, la question du cinéma les Dianes, la restructuration de l'école militaire, le projet du marché aux Herbes…
  • Associer les Compiégnoises et les Compiégnois à ce devenir sous l'égide de la commission extra municipale et non pas travailler dans le secret , sans concertation voilà un véritable projet démocratique pour le centre ville de Compiègne.

Primaires socialistes à Compiègne
Malgré le refus, très antirépublicain, du Maire de mettre à disposition des salles communales pour l'organisation des primaires qui permettront à tous les électeurs ( de gauche) de choisir le candidat à l'élection présidentielle, les primaires auront bien lieu à Compiègne. Nous vous informerons du lieu, dès la rentrée de septembre. Ils seront indiqués sur le site : www.lesprimairescitoyennes.fr

Laurence ROSSIGNOL, Frédéric PYSSON, Solange DUMAY, Olivier KOVAL, Anne SERRET, Michel FUMAGALLI, Théodora GOMA-BALLOU.